MHP

Editorial : Promouvoir le sens critique

Au terme de cette nouvelle année universitaire, nous dressons le bilan d’une promotion d’étudiants motivés et passionnés par les sciences de la stérilisation mais également trop formatés vers l’application de concepts techniques ou managériaux que nous leur avons enseignés. Quel sera le véritable rôle de ces futurs cadres où manager de CSSD?

Christophe Lambert

Au terme de cette nouvelle année universitaire, nous dressons le bilan d’une promotion d’étudiants motivés et passionnés par les sciences de la stérilisation mais également trop formatés vers l’application de concepts techniques ou managériaux que nous leur avons enseignés. Quel sera le véritable rôle de ces futurs cadres où manager de CSSD ? Est-ce de partager un savoir, de communiquer leurs expériences, de fixer les limites acceptables pour garantir la prise en charge optimale des DMR ou au-delà, de transmettre à leurs collaborateurs les moyens d’une réflexion adaptée sur les bases de connaissances scientifiques. Le retraitement des DMR repose sur des principes établis et communément partagés, sur des règles de bonnes pratiques, mais certaines d’entre elles nécessitent une part de réflexion humaine pour leur mise en œuvre. C’est le sens critique.

Chacun d’entre nous sait que chaque spécialité chirurgicale (coeliochirurgie, ophtalmologie, neurochirurgie ….) dispose de son cortège d’instrumentation spécifique et dédiée, dont les principes généraux de retraitement sont insuffisants pour garantir un résultat optimal. La fragilité, le design, l’assemblage sont autant de facteurs à prendre ne compte pour assurer un retraitement total et sans dommages. A chaque DM correspond maintenant des recommandations de retraitement rédigées par les fabricants (ISO 17664) mais trop souvent, celles-ci sont inadaptées à nos spécificités nationales. Si le manager, le technicien, doivent définir et approuver un mode opératoire pour lors de la réception de chaque nouveau DM, nos collaborateurs doivent également, en s’appuyant sur leur sens critique contribuer à la bonne mise en œuvre de ces instructions. Il ne s’agit pas pour nos collaborateurs d’adapter des procédures rédigées mais de se les approprier avec bon sens. Mentionner l’écouvillonnage d’un corps creux est insuffisant si l’on n’en précise ni le sens, ni le diamètre, ni le nombre de passages nécessaires.

Le nettoyage des DM après utilisation est une étape particulièrement critique du processus de stérilisation. La qualification des laveurs-désinfecteurs (LD) selon les spécifications de la norme ISO 15883 est maintenant une exigence minimale pour chaque CSSD. La recherche ou détection de protéines résiduelles après lavage avec des seuils de 5µg/instrument sont maintenant proposées. Différentes méthodes permettent dorénavant d’y parvenir. Mais pour atteindre ce degré de performance, il est indispensable que préalablement, les paniers de LD ne soient pas surchargés et que ces derniers soient correctement positionnés dans le laveur en réfléchissant à une bonne exposition des DM aux agents de nettoyage. Encore une fois, il s’agit de bons sens, mais dans la course à la productivité, les principes élémentaires sont parfois bafoués et seuls ceux qui sauront prendre du recul pourront se satisfaire d’un travail accompli avec rigueur et qualité. Encourageons nos collaborateurs à s’observer, à s’interroger, à se remettre en cause.

Demain, une norme cadre pour l’ensemble du processus de retraitement des DMR sera proposée. C’est une avancée supplémentaire sur le plan international pour l’harmonisation des pratiques mais la mise en œuvre de cette norme nécessitera encore une fois, sur le terrain, la contribution, le sens critique de nos collaborateurs afin d’atteindre les objectifs de propreté, de fonctionnalité et de stérilité pour tous les DM retraités. Savoir rester simple et rationnel dans le respect des bonnes pratiques est l’une des clés du succès d’un processus maitrisé.

 

Lire la suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo: Christophe Lambert (privé)